Le soleil, disait Héraclite, et non seulement nouveau chaque jour, mais sans cesse nouveau continûment ». Cette « venue à l’être », cette puissance inextinguible de créer, cette épiphanie de l’absolu dans le visible, ce feu intérieur à l’univers dont parlaient les grecs antiques, Anne Geffrelot le possède. Sa peinture suscite une jouissance où l’affect se mêle à la couleur dans une forme d’abstraction cosmique qui fait éclater de l’intérieur comme éclate la grenade dans l’éclat pur, l’émanation indestructible d’une totalité regardée. Si « nous habitons un éclair, il est le cœur de l’éternel » dit René Char. La poésie fascinée regarde du côté de la peinture jouant à briller de mélancolie dans les paysages mentaux tantôt véhéments et brûlants tantôt resplendissants d’une joie physique intarissable, d’une faim plus pure et plus complexe que l’intériorité de l’artiste. Le reflux de la mer fait et perpétue l’absence et la présence, l’ampleur mythologique d’une réalité quotidienne qui s’engouffre dans les lignes du chant. Le bleu est cette course vers quelque fin, néant qui rôde et ranime le magnifique alexandrin d’Agrippa d’Aubigné « le lieu de mon repos est une chambre peinte ». Chambre inconnue qui nous porte au-delà de nous-mêmes dans le sens de la merveille secrète, d’une vision illuminante, d’une face à face exalté. Tout l’univers de l’artiste est convoqué comme la seule étincelle évanescente, l’intuition de sa propre source éternelle. Brillant en elle-même, hautement, force fusionnant le cœur et le monde, la peinture est ce nœud de forces consumées dans l’acte même qui la noue.

 

Delphine Durand 

Ecrivain – Docteur en Histoire de l’Art

Rennes, le 25 mai 2017

 

Mon parcours sur ce document à télécharger :

Document à télécharger
Parcours de Anne GEFFRELOT.pdf
Document Adobe Acrobat [65.3 KB]

   

 

 

 

Anne Geffrelot est une artiste qui vit et travaille dans la Baie du Mont Saint-Michel, endroit un peu magique où la ligne d’horizon, rarement visible, fait naître des visions d’infini.

Anne a découvert la peinture par l’intermédiaire de Serge Leclerc, grand Maître, qui pratiquait et enseignait cet art.

 

  Elle a essayé diverses expérimentations avant de choisir la peinture à l’huile et d’y consacrer toute sa passion. Depuis, Anne a enrichi son travail personnel en s’appropriant les multiples techniques de compositions que l’on peut apprécier tout au long de sa production, riche et originale.

 

  Actuellement ses recherches s’inspirent des paysages aux horizons infinis de la Baie du Mont Saint-Michel. Elle propose une série de toiles aux nuances très subtiles qui jouent avec une horizontalité dans une facture très minimaliste.

 

  Dans la peinture de Anne Geffrelot, à chaque fois, transparaît son même regard sur les choses, qui se traduit par une intuition des justes proportions et un sens profond du jeu des équilibres chromatiques.

 

  Par son travail, cette artiste expérimente d’éternelles recherches picturales dans une plastique très contemporaine proche d’une abstraction lyrique et en apportant sa sensibilité très personnelle. Le geste est toujours généreux et définitif, il évoque toute l’intensité d’une émotion devenue visible. « Je procède rapidement, je ne peux jamais reprendre. Je donne en entier ».

 

Michel HOMMET

Historien et critique d’art